Eric Assadourian : « Beaucoup de choses positives » | RC Lens
Partagez cet article

Publié le 10/01/2020 à 14h50

De retour au Racing Club de Lens, Eric Assadourian occupe désormais le poste de directeur de la formation lensoise. L’ancien éducateur des U17, U19 et de la CFA nous explique le projet mis en place à La Gaillette…

Ton parcours

« J’ai tout d’abord évolué en tant qu’attaquant pendant quinze ans, jusqu’en 2001. J’ai ensuite été éducateur à Valence (2 ans), à Brest (1 an) puis à Lens de 2005 à 2012 (2 ans en U17, 4 ans en U19 et 1 an avec la CFA). C’est au RC Lens que j’ai pu apprendre le plus de choses. La Gaillette est une structure très professionnelle à tous les niveaux. Le RC Lens est un club emblématique par rapport à ce qu’il représente dans le football français, sa popularité, l’engouement qui règne autour de lui, son identité et ses valeurs. J’ai pu y découvrir ce qu’était un centre de formation à la recherche de l’élite. Je me suis épanoui dans ce que je faisais. J’y ai fait des rencontres amicales qui perdurent encore aujourd’hui. »

Souvenirs

« J’ai pris du plaisir à voir la métamorphose des joueurs. Surtout à l’âge de l’adolescence où ils assimilent, comprennent et s’approprient le besoin de s’investir au quotidien. Ils se rendent compte qu’être footballeur professionnel, c’est être athlète de haut niveau et qu’il est nécessaire pour faire une carrière de 10-15 ans de tout mettre en œuvre en termes d’esprit et de préparation corporelle.

En 2009, on a décroché le titre de Champion de France avec les U19 nationaux. C’était la réussite de tout un club, de tous les éducateurs qui ont fait en sorte de rendre ces joueurs compétiteurs. Les garçons avaient été fabuleux tout au long de cette saison. Ça a été une période très agréable à vivre. »

Eric Assadourian directeur de la formation rclens
Après Lens

« En tant qu’homme, j’avais besoin de découvrir une autre culture et de vivre une expérience à l’étranger. La destination n’était pas forcément celle que j’avais privilégiée mais une proposition s’est présentée en 2012 alors qu’il y avait des bouleversements au sein du RC Lens comme le départ de Gervais Martel et d’éducateurs de la formation. Je suis donc parti au Qatar et cela m’a enrichi culturellement. Ça a été très bénéfique pour moi mais pas d’un point de vue professionnel. Au bout de deux ans, le football a pris le dessus et j’ai eu envie de m’épanouir dans le monde de l’élite. Je suis donc parti à Brest pendant 5 ans où j’ai pu mettre en place un projet autour du centre de formation en termes de comportement, d’institution, d’idéologie et de pédagogie.

Je suis ensuite allé à Rennes pour une expérience courte mais bénéfique. Quand j’ai eu cette opportunité de revenir à Lens, je n’ai pas hésité car ce club me tient à cœur. J’ai la possibilité d’apporter ma touche, de fédérer avec les éducateurs et de créer un projet sportif qui correspond à tout point de vue à celui du Racing Club de Lens et des supporters. »

Le projet lensois

« Il concorde avec ma vision de la formation, de ce que je veux mettre en place pour l’épanouissement des garçons. Ils doivent avoir une identité très forte, être enthousiastes, faire preuve d’abnégation, avoir la volonté d’être humbles et simples dans l’approche de leurs matchs, avec toujours le désir de vouloir réussir. Peu importe le nombre d’années qu’ils passeront sous les couleurs lensoises. Tant qu’ils seront ici, leur club de cœur doit être le Racing. Lorsqu’ils fouleront la pelouse de Bollaert-Delelis, les supporters devront pouvoir être fiers d’eux parce qu’ils auront tout donné pour essayer de gagner.

On doit être attractif pour faire venir les meilleurs joueurs des Hauts-de-France. Dans un second temps, on ira voir hors de notre région. Ces joueurs s’intègreront à notre identité et seront entourés par des garçons qui sont ancrés sang et or. Le projet lensois doit pleinement correspondre aux attentes des nouveaux joueurs et de leur famille. On leur montrera que pour nous le plus important est la confiance, la possibilité de travailler dans le domaine de l’élite et de réussir dans leur vie scolaire, éducative et sportive. 

Sur le terrain, on ne va pas tout révolutionner mais on va continuer à élaborer des choses avec les acquis forts qui existent déjà. On permettra à chacun de prendre du plaisir, de s’épanouir et surtout de leur permettre de progresser. Tous ne deviendront pas professionnels mais ils évolueront dans des projets mis en place pour leur réussite personnelle. »

Eric Assadourian directeur de la formation rclens
Les éducateurs

« J’ai rencontré les éducateurs et je leur ai expliqué ce que j’attendais d’eux. J’aimerais une unité qui permettrait de faire de bonnes choses ensemble, de créer quelque chose de fort. Cette force pourrait rejaillir sur nos jeunes. »

La passerelle avec les pros

« La vitrine du RC Lens, c’est l’équipe professionnelle. Lorsque Philippe Montanier demandera des renforts chez les jeunes, je devrais être capable de lui dire qui est prêt. Dans l’état d’esprit et le comportement, il ne pourra pas leur faire de reproche. Les garçons seront respectueux et à l’écoute. Quoiqu’il se passe, ils auront envie de travailler et de donner le maximum pendant les entraînements. Dans le domaine technique et athlétique, ils seront au plus proche de la demande. »

Un dernier mot ?

« Je suis heureux d’être ici ! Je sais que je vais avoir besoin de toutes les forces vives. La collaboration avec Yoann Lachor sera excellente. Je sens beaucoup de choses positives autour de moi. On a tous envie de continuer dans le bon sens avec des jeunes qui s’identifient pleinement à ce club. »

rclens.fr